Gaspard Dehaene, un retour triomphal Salle Cortot le 11 décembre

 

Les heureux spectateurs du récital de Gaspard Dehaene ne sont pas près d’oublier cette soirée glorieuse. Devant une Salle Cortot comble et enthousiaste, le Lauréat du Prix International Pro Musicis a déployé un talent inoubliable, Faisant découvrir à la majorité la Sonate de Wagner dédiée à Mathilde Wesendonck, sa muse grâce à qui il revient à la musique après six ans de silence, il s’est montré tendre et expressif, non sans révolte par instants devant le destin, dans le monument qu’est la D 959 de Schubert, délicat et poétique dans les deux lieder de Schubert magnifiquement transcrits par Franz Liszt, et enfin puissant et virtuose dans la Rhapsodie espagnole du même compositeur, une pièce qui exige non seulement une parfaite maîtrise technique mais aussi de rester lumineux dans un tempo endiablé afin de conserver le contrôle de la musicalité. “Exceptionnel”, “époustouflant”, “vraiment l’un des grands de notre époque”, “sobriété scénique incroyable alors que la complexité de Liszt exige des mouvements éclair”,” tout y était”, nous disaient nos amis mélomanes avertis. Merci Gaspard, et un immense merci aussi pour les enfants et les personnes âgées dépendantes que vous avez enchantés lors de vos concerts de Partage. C’est cela aussi la grandeur d’un musicien, et Gaspard est en effet un grand !
François Lafaye

Lundi 11 décembre 2017: un pianiste d’exception dans un récital romantique et virtuose

Franz Schubert : Sonate D 959

Rodolphe Bruneau-Boulmier : Création

Richard Wagner : Sonate en la b majeur

Schubert-Liszt : 2 Lieder : Aufenthalt, Auf dem Wasser zu singen

Franz Liszt : Rhapsodie Espagnole

Né en 1987, après ses études au CRR de Paris dans la classe d’Anne-Lise Gastaldi, Gaspard Dehaene obtient en 2012 son Master au CNSMD de Paris, dans les classes de Bruno Rigutto et Denis Pascal. Admis ensuite au Mozarteum de Salzbourg auprès de Jacques Rouvier, il approfondit son art avec Rena Shereshevskaya à l’École Normale de Musique, et obtient parallèlement son Master d’accompagnement vocal dans la classe d’Anne Le Bozec au CNSMD de Paris en 2017. Lauréat du Concours International de San Sebastian, Grand Prix du Concours Alain Marinaro, il reçoit, en 2013, le Prix Annecy Classic Festival ainsi qu’une mention spéciale pour l’interprétation de la pièce Une page d’éphéméride de Pierre Boulez, qu’il a eu le privilège d’étudier avec le compositeur lui-même et de créer en 2007.

Gaspard Dehaene se produit dans de nombreux festivals en France – La Roque d’Anthéron (concerto à quatre pianos de Bach en 2012, récitals en 2015 et 2016 sur la grande scène du Parc de Florans), Radio France Montpellier, Flâneries musicales de Reims (filmé par Medici TV), Orangerie de Sceaux, Piano en Valois, l’Epau, Colmar, Nohant, Artenetra, Soirées romantiques du Rayol, Perros-Guirec, Chopin à Bagatelle, Moments musicaux de l’Hermitage à la Baule, Musique sur Douarnenez, les Musicales-en-Folie de Fontaine-lès-Dijon …- ainsi qu’à l’étranger, Suisse, Allemagne, Autriche, Belgique, Maroc, Nouvelle-Calédonie, festival des Jeunes Artistes de Pékin … Chambriste passionné partageant la scène avec P. Génisson, R. Guyot, S. Païdassi, V. Julien-Laferrière, G. Caussé ou A. La Marca, Gaspard Dehaene est un partenaire privilégié d’ Adrien Boisseau, altiste du quatuor Ebène. Après la parution de leur premier disque en 2012, ils sont invités à l’Académie de Prussia Cove en Angleterre, où ils bénéficient des conseils de Steven lsserlis. Leur deuxième album, consacré à Schumann, publié par Oehms Classics en 2015, a été salué chaleureusement par la presse.

La musique de son temps lui tient profondément à coeur, il a été sollicité à plusieurs reprises par divers compositeurs tels R. Bruneau-Boulmier, F. Choveaux, C. Bray, A. Beneteau dont il vient d’enregistrer la Sonate “Douarnenez”.

Lauréat en octobre 2015 à l’unanimité du Prix international Pro Musicis, Gaspard Dehaene a été invité cette saison, pour la troisième fois, à La Folle Journée de Nantes. En janvier 2015 le Musée d’Orsay l’engage pour un récital solo, puis en 2016 ( où il est l’un des sept pianistes se partageant l’intégrale des oeuvres d’Erik Satie ), ces deux concerts diffusés en direct sur France Musique.

Son premier disque solo, dédié à la forme “Fantaisie”, présenté en récital au Festival de La Roque d’Anthéron 2015, est sorti à l’automne 2016 chez 1001 Notes, dans la collection Envol.

Il est nommé artiste “Génération Spedidam” pour les années 2017-2019, et fera ses débuts au Japon au OJI Hall de Tokyo en septembre 2017, ainsi qu’à la Philharmonie de Paris en janvier 2018.