Le pianiste Andrew Staupe, Prix Pro Musicis USA de retour le 19 mars 2018 !

 

Le pianiste américain Andrew Staupe se révèle comme l’un des plus remarquables artistes de sa génération.
Lors de ses débuts en 2012 au Carnegie Hall il a reçu un accueil triomphal de la critique. Selon la “New York Concert Review”: “Staupe a offert un récital
brillant, surmontant aisément les exigences de virtuosité … j’en fus ébahi… ce fut l’une des plus incroyables performances…une de celles que l’on ne vit
qu’une fois dans une existence!”
Soliste avec le Minnesota Orchestra pendant 5 saisons depuis 2006, Andrew s’est également produit avec le San Diego Symphony, le Houston Symphony, l’Indianapolis Symphony et son Orchestre de Chambre, et bien d’autres aux Etats-Unis sous la baguette de chefs tels que Osmo Vanska, Jahja Ling, Andrew Litton, Daniel Hege, Robert Franz, Cristian Macelaru, et Mischa Santora. En récital il s’est également produit aux USA, en
Europe, et particulièrement en Russie, Hollande, République Tchèque, Lettonie, Roumanie, France, Allemagne et Bulgarie. Et notamment dans des Salles de concert prestigieuses tels le Concertgebouw d’ Amsterdam, le Rachmaninov Hall à Moscou, l’Ateneul Roman en Roumanie. Staupe s’est également fait connaître des médias américains par l’émission “Performance Today” de Fred Child en juillet 2012, un programme écouté par plus de 1,3 million d’auditeurs. Entre autres cette saison il jouera les deux concertos de Brahms avec le Rochester Symphony, et fera ses débuts avec le Knoxville Symphony.

En tant que chambriste, Andrew a collaboré avec des artistes de premier plan tels que Chee-Yun, Martin Chalifour, Jessica Rivera, Desmond Hoebig, Joseph Swensen, Simone Porter, Anne Martindale Wililams, James Dunham, et Leone Buyse. Il était Artiste invité au Festival de Musique de Chambre 2010 des Iles Orcas (Washington), ainsi qu’au Festival Amadeus 2013 du Glacier Symphony. Très porté sur la musique contemporaine, Andrew a offert les premières de nombreuses pièces pour piano solo ou ensemble de chambre par des compositeurs tels que Sarah Kirkland Snider, Christopher Walczak, Christopher Goddard, Karl Blench, et Anthony Brandt. Andrew a également suivi de nombreuses master classes, avec Yefim Bronfman, Stephen Hough, Gary Graffman, Awadagin Pratt, Lee Kum Sing, Paul Schenly, Jerome Lowenthal, et Eugene Pridinoff. D’autres mémorables récitals ont eu lieu au Kennedy Center, à la Librairie du Congrès à Washington DC, au Steinway Hall et au Trinity Wall Street à New York. Ses récitals en direct ont été programmés par des chaînes radio majeures à diffusion nationale telle WQXR à New York, KSJN à Minneapolis, et KUHF à Houston.
Outre le Prix International Pro Musicis USA 2011, il a gagné maintes récompenses, dont la Médaille d’Or du concours 2010 des jeunes Artistes Young du Texas, et le 1 er Prix 2006 au concours WAMSO (Minnesota Orchestra Volunteer’s Association), etc.
Avant d’étudier le piano, Andrew était comédien et s’est produit souvent aux théâtres de Minneapolis, au Guthrie Theater, Ordway Theater, et au Children’s Teaser. Il a également étudié le violon à l’Université du Minnesota, et aime aussi pratiquer le jazz. Andrew a fondé par ailleurs ‘The Leoninus Ensemble”, Choeur qui se consacre à la musique médiévale et de la Renaissance à l’Université du Minnesota en 2004, où il chantait également comme baryton avec les Waltham Abbey Singers.
Que dit la Presse:
“Le Concerto n°1 en ré mineur de Brahms fut brillamment interprété par Andrew Staupe. D’un phrasé délicat et élégiaque et d’une précision chirurgicale, son jeu fut expressif,bien maîtrisé sur le plan rythmique et envoûtant.
“L’orchestre l’a visiblement beaucoup apprécié,et le public lui a réservé une ovation. Le chef Lantz fut si enchanté à la fin, qu’il en a oublié de faire se lever l’orchestre!… Mais on peut aisément comprendre pourquoi !”… Drue Fergison, life@postbulletin.com Lundi 7 octobre 2013.
“Finalement, samedi soir, pour le second concert de la Sommerfest, le jeune virtuose Andrew Staupe a occupé la scène à lui seul avec son interprétation impressionnante du Concerto n°2 de Liszt (..). Il en a aisément surmonté les formidables difficultés techniques, prenant les longs passages à double-octave à une vitesse phénoménale tout en conservant une clarté d’élocution totale, et une intensité qui n’a semblé à aucun moment surfaite (…). Au-delà, sa vision des éléments lyriques de l’oeuvre a démontré un parfait respect pour les mélodies tout en conservant une distance aristocratique dans leur interprétation. Le résultat a été une longue standing ovation”. Michael Anthony. 612-673-4445 ©2006 Star Tribune.
“La première partie du récital a été celle d’Andrew Staupe, dont les aptitudes techniques sont impressionnantes, à couper le souffle. Son final a attiré un audible “Waouh!” de l’assistance.” New York, Weill Recital Hall au Carnegie Hall le 04/11/2012.