" Partager la musique vivante, son exigence et sa beauté avec chacun, en tous lieux. "

Table ronde aux Bernardins le 25 février avec Pro Musicis: L’art chemin de liberté

« L’art, chemin de liberté » débat au Collège des Bernardins   

« L’art, chemin de liberté » a été le sujet de la Table ronde du samedi 25 février 2017 avec Alain Cugno, philosophe, Marion Lachaise, plasticienne, François Lafaye de Pro Musicis, Martina Niernhaussen, musicothérapeute, et Aude Siméon, professeur.

L’Art tient aujourd’hui une place de plus en plus grande dans une société en quête de repères. Tant pour ses acteurs que pour ses témoins, il tisse un lien entre les hommes, leur offre un chemin de dialogue et de liberté.

Mais il est un domaine où il devrait avoir une place de premier ordre alors qu’il y est souvent occulté ou oublié, c’est auprès des blessés de la vie, des enfants ou adultes handicapés, des malades, des gens de la rue, des détenus. En effet, l’artiste est un thérapeute, on le compare à Orphée, le poète-musicien de la légende grecque qui charmait les hommes, les animaux, la nature. Avec ses poèmes, sa cithare et sa lyre il reconstruisait l’homme brisé, le libérait de ses chaînes : d’esclaves il faisait des hommes libres.

Nos amis philosophe, plasticien, metteur en scène ou musicothérapeutes ont pénétré les institutions spécialisées, les écoles, les hôpitaux et les prisons pour partager les fragilités des plus démunis de la société.
Ils nous ont entretenu de leur expérience, révélant les liens qui existent entre création, esprit et chair, combien l’art exerce une puissance libératrice sur les esprits et les corps, et comment vous-même vous pouvez participer à cette vaste et noble mission. 

Les intervenants

Alain Cugno philosophe, rédacteur en chef de la revue Prison Justice et administrateur de la fédération des associations prison et justice. Poursuit une réflexion et un enseignement aux facultés jésuites de Paris (Centre Sèvres) et au Collège des Bernardins sur l’articulation entre foi, art et politique. 

L’oeuvre de Marion Lachaise est faite d’hybridations multiples. Elle déjoue les catégories pour déplacer le regard et entrer sous la surface des êtres et des lieux. La série «Antiportraits» propose une transfiguration de la figure humaine qui révèle la perception intime des individus depuis leurs lieux de vie ou de travail. En parallèle, ses questionnements sur le point de vue prennent la forme de petits théâtres où se mêlent la photographie et le principe du décor. Elle s’immerge aujourd’hui  ns le monde de la Justice. En 2015, elle a réalisé le livre en réalité augmentée « L’Oeil de Clairvaux » sur la prison éponyme. Elle mène actuellement un projet avec un groupe de femmes détenues au Centre Pénitentiaire Sud Francilien et prépare un film multimédia sur le procès d’assises.

 Après une carrière internationale, François Lafaye devient président de l’Association Pro Musicis en 2007. Depuis l’association a organisé plus de 70 concerts publics pour les Lauréats du Concours international et plus de 140 concerts de partage ont été offerts dans leurs lieux de résidence aux publics « oubliés », enfants ou adultes handicapés, personnes âgées dépendantes, isolées. Ces publics apportent une multitude de témoignages forts sur le pouvoir libérateur de la grande musique, interprétée par des artistes classiques de classe internationale. flafaye@promusicis.fr

Martina Nierhaussen Toute sa vie et sa pratique de chef d’orchestre et chef de chœur sont animées par cette foi en la puissance  régénératrice de la musique.  Car non contente de la transmettre à ses chanteurs et musiciens, elle devient parallèlement musicothérapeute. C’est ainsi que son action en milieu hospitalier auprès des autistes et des malades en soins palliatifs dans laquelle elle entraîne des groupes de choristes est pour elle aussi importante que les applaudissements des salles de concert.

Professeur agrégée de Lettres, Aude Siméon a enseigné au Lycée International de Saint Germain- en -Laye où elle était notamment  responsable de l’option théâtre. Elle intervient maintenant  à l’hôpital auprès des adolescents et donne des cours pour l’Université  à la prison de Poissy. Cette expérience en milieu carcéral a donné lieu au témoignage : « Prof chez les Taulards ». Ses convictions humanistes l’amènent à participer activement à diverses associations  dont l’objectif est de donner du sens au temps de l exclusion et du soutien à la libération.