Lundi 24 mars Salle Cortot, le Trio Pilgrim nous a fait rêver !

avec Delphine Bardin, piano, Prix International Pro Musicis 2009,

Arno Madoni, violon et Maryse Castello, violoncelle.

Quelle soirée, quel Trio !
Admiration pour le programme éclectique proposé par le Trio Pilgrim, qui ne comptait que des chefs d’oeuvre: du merveilleux trio n° 22 de Haydn, poétique, inspiré, délicat, à celui de Thierry Escaich « Lettres mêlées » que le compositeur est venu présenter sur scène, une oeuvre magnifique de l’avis des connaisseurs, mais aussi qui a séduit la totalité du public, dont une partie n’est pourtant pas très familière avec la création contemporaine.
Nous avons été subjugués, et nous devons un très grand merci au Directeur musical de Pro Musicis le chef d’orchestre Alain Pâris, qui l’avait inscrit au programme !
Le Trio n° 2 de Schubert était pour sa part une invitation au voyage dans le temps: ses « célestes longueurs » (Stravinski) prennent tout leur sens à une époque pressée, frénétique, toujours en attente du prochain SMS, et qui ne sait plus vivre au présent !

Il faut souligner enfin la superbe interprétation du Trio Pilgrim qui de l’avis des connaisseurs a parfaitement interprété et servi ces oeuvres difficiles, avec justesse de tempo, précision des attaques, poésie, sensibilité exceptionnelle du piano – d’une autre planète nous a -t-on dit – et des cordes – une soirée de rêve, mémorable !

Et rendons hommage à leur idée de ne pas offrir de « bis » après les beautés de Schubert qui nous ont si heureusement offert ce voyage hors du temps et qui couronnaient cette soirée.

Joseph HAYDN : Trio en la Majeur, n° 22, Hob.XV: 9,

Thierry ESCAICH : Lettres mêlées (2003),

Franz SCHUBERT : Trio n° 2 en mi bémol, D929 op. 100.

« Le Trio Pilgrim, créé en 2007, dans son jeu élégant et naturel dans le respect des œuvres interprétées, nous invite au voyage et nous emporte par l’élan et la connivence des talentueux musiciens qui le composent » (Extrait de presse)

Dernière nouvelle: le Trio Pilgrim va bientôt enregistrer les deux splendides trios de Mendelssohn avec le label « Les belles écouteuses ». Il offre une souscription à prix réduit sur le site du label, une superbe opportunité à saisir :

Delphine Bardin: Quatre 1er Prix au CNSM de Paris: Piano solo, Musique de chambre, Accompagnement Piano, Accompagnement vocal, Prix « Clara Haskil » 1997, Prix Bunkamura 1999, Lauréate des Fondations « Y. Lefébure », et « Banque Populaire », Prix International Pro Musicis 2009 et 2012 en Duo à l’unanimité du Jury, se produit également en duo avec la violoncelliste Ophélie Gaillard, Victoire de la musique 2002, et Sarah Louvion, Flûte solo à l’Opéra de Francfort. Tournées récentes aux Etats-Unis (Boston et New York en Duo avec la violoniste Elsa Grether), en Suisse récitals en août 2013 et nombreux engagements publics et privés en solo ou musique de chambre.

Derniers enregistrements: Intégrale des Barcarolles de Fauré (Alpha) « Diapason d’Or » 2010, Œuvres violoncelle et piano de Liszt, avec Ophélie Gaillard (Aparté 2012). Delphine Bardin travaille également depuis 2013 sur le projet novateur de Pro Musicis dans le domaine de l’initiation musicale et de l’expression artistique des enfants handicapés.

Maryse Castello: Violoncelle solo de l’Orchestre symphonique région Centre-Tours, Médaille d’or du CNR de Strasbourg, Diplôme supérieur de concertiste à l’Ecole normale de musique de Paris, et du Conservatoire royal de musique de Bruxelles. Soliste du 5ème concerto de Boccherini, de la Symphonie concertante de Haydn et 1er concerto de Saint-Saëns. Derniers enregistrements: Concerto pour violoncelle de Emil Cossetto, duos avec piano Boccherini Schumann, Grieg (Sude) et musique de chambre pour cordes de Philippe Hersant (Triton).Maryse Castello est née en 1973 à Epinal. Elle est diplômée de l’Ecole Normale Supérieure de musique de Paris. De 1994 à 1996, elle étudie également au Conservatoire Royal de musique de Bruxelles où elle obtient le diplôme supérieur. La musicienne se perfectionne par la suite auprès de Philippe Müller et suit, à partir de 1998, les master classes de l’association ProQuartet. Membre de l’Orchestre de Bretagne de 1995 à 1997, elle enseigne aux Conservatoires de Saint-Mandé et de Joinville-le-Pont. Depuis 1997 ; Maryse Castello joue au sein du Quatuor Arezzo dont elle est membre fondateur. En 2001, elle est admise à l’Orchestre Symphonique et Lyrique de l’Opéra de Tours.

Arno Madoni, violon: violoniste titulaire de l’Orchestre philharmonique de Radio France depuis 2005, violon solo de l’Orchestre Pasdeloup et de l’ensemble Edgédé. Médailles d’or à l’unanimité de violon et de musique de chambre et Prix de perfection-nement du CNR de Rueil-Malmaison, DFMS et Prix de musique de chambre du CNSM de Paris et en 2004 Prix de Quatuor à cordes, Lauréat du Concours international de musique française de Guérande, etc. Elève d’Elizabeth puis de Gérard Haut, Grand Prix de violon à l’Ecole de Musique Agréée de Metz-Sablon, élève d’Alexis Galperine il obtient, à l’unanimité, les médailles d’Or de violon et de musique de chambre et Prix de Perfectionnement du CNR de Rueil-Malmaison. Au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, il est successivement l’élève de Gérard Jarry puis de Roland Daugareil. En 2002, mention Bien à l’unanimité au Diplôme de Fin d’Etudes Musicales Supérieur en violon, Prix de Musique de Chambre – mention Très bien à l’unanimité – dans la classe de Christian Ivaldi et Ami Flammer. Lauréat (2ème prix) du Concours Européen de Cordes d’Epernay en 1996 ainsi que du 9ème Concours International de Musique Française de Guérande (3ème Prix) en 2001.

Le thème de la saison 2013.2014 choisi par le chef d’orchestre Alain Pâris et Directeur musical de Pro Musicis porte sur JS Bach. « Lettres mêlées » est entre autres un hommage au Maître de tous les compositeurs par l’un de plus grands contemporains, Thierry Escaich. Huit premiers prix au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris: harmonie, contrepoint, fugue, orgue, improvisation à l’orgue, analyse, composition et orchestration. Il compose dès l’enfance et remporte en 1989 le 1er Prix André Jolivet, en 1990 le Prix Blumenthal, en 1994 le Prix Nadia et Lili Boulanger, et le Prix de musique symphonique de la Sacem, en 1993 le prix Hervé Dugardin et en 1999 le prix Georges Enesco. Grand prix d’improvisation du Concours international de Strasbourg en 1991, il est nommé en 1996 titulaire du grand orgue de l’église Saint-Étienne-du-Mont à Paris. Le 6 mars 2013, il est élu à l’Académie des Beaux-Arts.

Thierry Escaich mène une carrière internationale d’organiste et d’improvisateur. Dans ses concerts et récitals, il aime mêler ses propres œuvres à celles d’autres compositeurs et les relier par des improvisations, proposant ainsi des programmes à la fois diversifiés et profondément cohérents avec une prédilection pour Jean-Sébastien Bach, Mendelssohn, Brahms, César Franck, Jehan Alain, Maurice Duruflé, Olivier Messiaen.

Il se produit, au piano ou à l’orgue, avec des musiciens comme les pianistes Claire-Marie Le Guay, Éric Le Sage, Bertrand Chamayou et Jonas Vitaud, le violoniste David Grimal, les violoncellistes Christian-Pierre La Marca et François Salque, le trompettiste Romain Leleu et de nombreux autres artistes. Il s’est produit avec l’Orchestre symphonique de Chicago, l’Orchestre de Philadelphie, l’Orchestre du Konzerthaus de Berlin et plusieurs orchestres symphoniques français.

Thierry Escaich est l’auteur d’une centaine d’œuvres. L’orgue tient une large place dans sa musique, mais le piano, le saxophone et d’autres instruments de musique sont également présents. Il est le tenant d’une musique modale qui ne se veut ni tonale, ni sérielle. Il rejoint par là une nouvelle tendance de la musique contemporaine en général et de la musique française en particulier, aussi représentée par Nicolas Bacri, Guillaume Connesson, Philippe Hersant ou Éric Tanguy. Sa musique est caractérisée par un lyrisme fiévreux, un élan rythmique implacable et une recherche permanente de couleurs harmoniques et instrumentales chatoyantes qui se traduisent dans ses grandes pages orchestrales comme Chaconne, Miroirs d’ombre, La Barque solaire ou le Concerto pour violon et orchestre. En 2003, 2006 et 2011, il a été élu « compositeur de l’année » aux Victoires de la musique classique.

Aidez-nous

Enfants de Bach: handicap et Youtube

    Commencées en octobre 2013, les classes « Enfants de Bach » pour enfants polyhandicapés ont été lancées par Pro Musicis et Delphine Bardin pianiste-concertiste, qui leur a donné ce nom.

    Détails