Rendez-vous réussi avec le rêve: récital Delphine Bardin 16 mars 2015

G. Pangon, Radio Classique: « Delphine Bardin se situe magnifiquement dans une perspective à la fois intimiste et rêveuse, joue sur les clairs-obscurs sans jamais forcer le trait, elle mène vers l’irréel sans aucune insistance »…

« Le son du piano est royal : sa densité, sa rondeur charnue, sa franchise rayonnent d’une façon extraordinaire, qui donne à entendre les treize Barcarolles sous un jour nouveau… Disposant de moyens pianistiques assez exceptionnels, elle réussit à colorer, à ombrer, éclairer les phrases pour les porter à leur point maximum d’intensité… » Diapason, Alain Lompech juin 2010

Delphine Bardin possède non seulement un talent musical inouï dans son rapport avec la musique et avec le piano, mais elle possède cette rarissime étincelle du génie – tout paraît si naturel, si aisé et puis voilà que tout à coup l’on se retrouve en plein rêve, dans une magie proche de la perfection…

Aussi discrète que modeste, (elle n’approuverait pas cette chronique) cette splendide pianiste, en d’autres temps, eût figuré parmi les célébrités mondiales. Son récital du 16 mars l’a amplement démontré une fois de plus. La pianiste « disparaît » quand elle joue. il n’y a plus que la musique. c’est stupéfiant.

A ces qualités incomparables, même avec des bien des collègues qui font l’actualité, Delphine Bardin ajoute un engagement total auprès des enfants handicapés et une extraordinaire aptitude à leur faire découvrir la beauté en eux-mêmes et à les faire s’exprimer par le dessin, la poésie, le piano, ce qui leur donne fierté et estime d’eux-mêmes, dont ils ont un besoin vital.

Pionnière de l’expérience lancée sous le nom des « enfants de Bach » avec une collègue professeur des écoles, Delphine est un cas à part dans l’univers musical : celui de l’artiste qui place son engagement pour l’autre, surtout s’il est petit, au même plan que sa carrière.

Le programme du récital du 16 mars 2015 proposait

Ludwig van Beethoven Sonate en la Majeur op. 2 n° 2

Régis Campo (1968) Hommage à Cziffra (2009)

Robert Schumann Presto appassionato en sol mineur op. posth.

Robert Schumann Davidsbündlertänze op. 6

Delphine Bardin commence le piano à 5 ans. Elève de Paule Grimaldi, puis de Marie-Claude Equoy.

  • 4 premiers Prix: piano, musique de chambre, accompagnement vocal, accompagnement au CNSM de Paris. Étudie ensuite avec Pierre-Laurent Aimard et avec Christian Ivaldi
  • Lauréate de la Bourse Yvonne Lefébure, de la Fondation Natexis Banque populaire, etc.
  • Prix Clara Haskil, 1997 à Vevey, en Suisse.
  • « Rising Star » par la Cité de la Musique 2001/2002 soliste en France, Suisse, Allemagne, au Portugal, au Canada, aux Etats-Unis, Philharmonie de Cologne, Wigmore Hall de Londres, Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, Klavier Festival de la Ruhr, journées Mozart – Messiaen à Vevey, Festival de Ste Ursanne… 2012 à Boston, New York, Carnegie Weill Hall avec sa partenaire Elsa Grether, Festival « Aimez-vous Brahms » en Suisse 2013.
  • Membre fondateur du Trio Pilgrim en 2007 avec: la violoncelliste Maryse Castello et le violoniste Arno Madoni, www.triopilgrim.fr. Partenaires: la violoncelliste Ophélie Gaillard, la pianiste Dana Ciocarlie, la flûtiste Sarah Louvion, etc.
  • Lauréate du Prix International Pro Musicis en 2009, en duo avec la violoniste Elsa Grether
  • Se passionne depuis pour la transmission de la musique auprès d’enfants malades ou défavorisés. Voir la page suivante:

Enregistrements: ■Schumann et Mozart avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne sous la direction de Jesus Lopez-Cobos, (Claves), ■ Mélodies françaises avec la soprano Hélène Guilmette (Ambroisie),■ Les 13 Barcarolles de Gabriel Fauré (Alpha, mai 2010), « Diapason d’Or »,■ Oeuvres de Liszt (2012) pour violoncelle et piano avec Ophélie Gaillard, (Aparté) ■ Trios de Mendelssohn avec le Trio Pilgrim (décembre 2014)

Ce que disent d’autres médias…

« Une combinaison superbe de dextérité, de fluidité, et d’intelligence de la musique, une soirée glorieuse… » Frederick L. Kirshnit, récital de Delphine Bardin au Carnegie Weill Hall, New York

« Delphine Bardin dispose de moyens tout à fait adaptés à la nature de l’œuvre. Capable d’une technique et d’une finesse instrumentales assez incroyables, son jeu permet à la musique de Fauré de s’exprimer avec un lyrisme d’une grandeur intime. Chaque scène est abordée avec la même volonté de fraîcheur et d’immersion, sans affectation ni sentimentalisme redondant, ce qui serait contraire à l’esprit qui les anime. » http://www.seek-blog.com/magazine/culture-arts/

Aidez-nous

Enfants de Bach: handicap et Youtube

    Commencées en octobre 2013, les classes « Enfants de Bach » pour enfants polyhandicapés ont été lancées par Pro Musicis et Delphine Bardin pianiste-concertiste, qui leur a donné ce nom.

    Détails