Laetitia Grimaldi, Soprano, Ammiel Bushakevitz,12 février Salle Cortot

Laetitia Grimaldi Spitzer    Soprano Lyrique

Laetitia Grimaldi Spitzer s’est produite sur de nombreuses scènes internationales depuis ses débuts au Carnegie Hall de New York en 2013 : le Kennedy Center à Washington, le Festival Verbier (Suisse), Festival Aix-en-Provence (France), l’Orangerie de Versailles et le Ravinia Festival (États-Unis).
Née en France, elle passe son enfance à Lisbonne et son adolescence à Londres. Après avoir commencé ses études de chants avec Teresa Berganza, elle poursuit ses études à New York et obtient d’abord un Bachelor Degree de la Manhattan School of Music puis un Masters Degree de la Juilliard School.

Pendant ses études à la Juilliard School, elle obtient le premier prix du concours international Kate Neal Kinley Memorial Competition.Parallèlement, elle suivra les masterclasses d’artistes aussi prestigieux que Sir Thomas Allen, Alfred Brendel, Dame Emma Kirkby, Ileana Cotrubaș, Thomas Quasthoff, François le Roux, Malcolm Martineau, Christian Ivaldi et Markus Hinterhäuser. Son mentor actuellement est le baryton allemand, Matthias Goerne.

Laetitia Grimaldi Spitzer eu l’heur de travailler avec les chefs d’orchestre tel que William Christie, Vlad Iftinka, Antoine Glatard, Jorge Parodi, David Jackson, David Miller, Ryan Brown, Jayce Ogren, Anne Manson et Carlos Miguel Prieto.

Dans des productions d’opéra internationales, Laetitia Grimaldi Spitzer a interpreté le rôle de Nancy dans Albert Herring à Tampa (États-Unis), Jenny dans The Beggar’s Opera à New York, Dorothée dans Cendrillon à Bruges (Belgique), Lucilla dans La scala di Seta à New York et First Clerk dans Kommilitonen de Sir Peter Maxwell Davies pour la première à New York. Elle est invitée en 2012 par le Festival de Verbier (Suisse) à interpréter le rôle de Marcelina dans Le Nozze di Figaro. En 2014, l’Opéra Lafayette l’engage à chanter le rôle de l’Hymen dans Les Fêtes de l’Hymen et de l’Amour de J.P. Rameau au Kennedy Center à Washington D.C. Elle est également invitée par William Christie à chanter avec l’ensemble Juilliard 415 dans une tournée aux États-Unis en 2014. Réinvitée en 2015 par le Festival de Verbier, elle interprète le rôle de Musetta dans La Bohème.

Affectionnant le Lied et la mélodie, elle se produit en récital aux côtés d’artistes comme les pianistes Malcolm Martineau, Brent Funderburk ainsi que le guitariste Pablo Sainz Villegas. En 2017, avec le pianiste Ammiel Bushakevitz, elle remporte les premiers prix de mélodies aux concours International Robert Massard à Bordeaux, le Premier Grand Prix au Concours International de Mélodies Françaises du Festival Classica à Montréal et le Prix International Pro Musicis.
Elle se produira dans des tournées de concerts de mélodies françaises en Chine, aux Etats Unis, au Canada et en Australie pour la saison 2017-2018.

Ammiel Bushakevitz – pianiste

Nait à Jérusalem, Ammiel Bushakevitz grandit en Afrique du sud et étudia à l’université de Pretoria, à la Hochschule für Musik und Theater „Felix Mendelssohn Bartholdy“ à Leipzig sous Phillip Moll et à Paris, où il étudia avec les professeurs Jeff Cohen et Jean-Frédéric Neuburger au Conservatoire National Supérieur de Musique. Il bénéficie du mentorat de Graham Johnson, Noël Lee, Philippe Entremont et Alfred Brendel.

 Ammiel Bushakevitz est lauréat de nombreux concours de Lied et de mélodie, parmi lesquels le concours Franz Schubert à Dortmund, le concours Johannes Brahms à Pörtschach, le concours Léopold Bellan à Paris, le concours Hugo Wolf à Stuttgart et le Wigmore Hall International Song Competition, à Londres, où lui est décerné le prix pianiste ainsi que le prix Schubert au. En mai 2013, il devient le premier lauréat du prix Richard Wagner, créé par la Fondation Internationale Richard Wagner.

Travaillant souvent avec des chanteurs, il a collaboré avec des célèbres interprètes tels que Dietrich Fischer-Dieskau, Elly Ameling, Thomas Quasthoff, Thomas Hampson, Matthias Goerne et Teresa Berganza. En 2011, sur invitation de Dietrich Fischer-Dieskau, il fut désigné pianiste pour les masterclasses de Fischer-Dieskau à l’Universität der Künste à Berlin et au Schwarzenberg Schubertiade en Autriche. 

Lui sont décernés des nombreux prix, dont la bourse internationale DAAD d’artistes, le prix de la commission de l’union européen et la bourse du forum franco-allemand des jeunes artistes. Il reçut en 2014 le prix de l’institut international Schubert et en 2015 le premier prix de la ville de Lausanne. En 2017, avec la soprano Laetitia Grimaldi, lui est décerné le prix international Pro Musicis à Paris.

En 2013, il sort à Paris son premier album CD, les œuvres tardives de Franz Schubert. Cet enregistrement a été sélectionné « album de la semaine » par Fine Music Radio du Cap. Depuis, il c’est présenté sur quatre autres CDs sur les labels BIS (Stockholm 2017), Gramola (Vienne 2017), Solfa (Barcelone 2015) et Hänssler (Stuttgart 2017).  

À l’âge de ses seize ans, il interpréta le premier concerto de piano de Tchaïkovski avec l’orchestre philharmonique du Cap. Dès lors, il joue avec de nombreux orchestres internationaux et participe à de festivals tel que celui de Bayreuth, Salzbourg, Lucerne, le festival d’automne à Paris, le festival Pontino di Latina à Rome, les Holland International Music Sessions, le Heidelberger Frühling Festival ainsi que le festival d’Aix-en-Provence. Toutefois, Ammiel Bushakevitz s’est souvent impliqué dans des causes de solidarité en réalisant des concerts en Ethiopie, au Maroc, au Zimbabwe, au Mozambique et au Mexique. 

Parallèlement à ses activités de pianiste concertiste, Ammiel Bushakevitz se spécialise en musicologie autour de recherches sur Schubert et Wagner. Il est invité à s’exprimer et communiquer sur ses recherches lors de la conférence internationale sur Schubert à Dublin en Irlande. Récemment il a présenté un cycle de lectures-récitals ainsi que des émissions de radio sur le thème : les compositions d’Adorno, d’E.T.A. Hoffmann et de Nietzsche.

 Ammiel Bushakevitz est membre honoraire de la Deutscher Academischer Austauschdienst, ainsi qu’à l’Académie Internationale Hugo Wolf. En 2014 il est nommé Edison Fellow of the British Library, à Londres.