Jana Jarkovska – B. Stehlik: un Duo romantique, parfait de coordination !

 

Ils nous ont enchanté, non seulement par leur immense talent musical, mais aussi par leur ensemble parfait. Un seul son, un seul chant, une harmonie rare, un charme fou ! 

Bravo à ce duo tchèque qui illustre la grande tradition de son pays et nous fait découvrir Otmar Macha, et même le grand Charles-Marie Widor, plus connu pour ses oeuvres pour orgue que par cette délicieuse sonate !

Ils nous ont accompagnés à LIévin pour un grand concert de Partage pour « La Vie active » une oeuvre qui illustre magnifiquement la générosité et l’engagement de ses animateurs pour les publics en situation de handicap. Là-bas aussi Jana et Bohumir ont fait merveille, en grands professionnels pour qui la maîtrise technique et la musicalité sont primordiales quelles que soient les circonstances.
Simplicité, sourire, et exigence d’excellence, voilà des qualités qui font d’eux des membres de la famille d’artistes dont Pro Musicis est fier. Nous les reverrons à Paris !

Duo Jarkovska Stehlik Prix 2013

 

 

 

 

Programme du concert du 5 mai 2014
Salle Cortot    

Jean-Sébastien Bach
Sonate en mi mineur, BWV 1034

Charles-Marie Widor
Suite pour flûte et piano, op. 34

Otmar Mácha
Variations pour flûte et piano sur son thème de la musique de scène de « Pour qui sonne le glas » de E. Hemingway

 Bohuslav Martinů
Sonate pour flûte et piano, H 306

 Jana Jarkovská,  flûte

Née en 1983 à Jaroměř, ville culturelle de l’est de la Bohème en République Tchèque, Jana débute la flûte à l’âge tendre de 3 ans, puis à 7 ans elle entre à l’école de musique de Hradec Králové. Ses études secondaires achevées, elle entre au Conservatoire en 2002, où elle étudie la flûte pendant six ans avec le professeur Jan Riedlbauch. A cette occasion elle obtient le 1er Prix au Concours National du  Conservatoire Tchèque et la Bourse Yamaha, récompense attribuée seulement chaque année à un seul étudiant du Conservatoire, et participe de ce fait au prestigieux Concours « Printemps à Prague ».   En 2010 grâce au programme « Erasmus » elle étudie au  Conservatoire “Giuseppe Verdi » à Milan avec les professeures Simona Valsecchi (flûte) et Emanuela Piemonti (musique de chambre). En  2012 elle travaille comme assistant professeur pour la classe de Simona Valsecchi au même Conservatoire. Puis elle obtient un B.A. et un Master à l’Académie des Arts de la Scène à Prague avec le professeur Jiří Válek. Jana suit régulièrement les master classes de flûtistes renommés tels Philippe Benoît, Barthold Kuijken, Gaby Pas-Van Riet et Kaspar Zehnder. Jana est membre d’ensembles  de chambre, le trio Bellatrix (flûte – violoncelle – piano) et le « Morgenstern Ensemble » (soprano – flûte – piano). Elle forme un brillant duo avec son partenaire Bohumír Stehlík et ils viennent de triompher au Concours International Chieri (Italie) in 2012 ainsi qu’au Concours International Pro Musicis en 2013. Elle suit actuellement un cycle supérieur d’interprétation à la Royal Academy de Stockholm, et au-delà du répertoire traditionnel de la flûte, elle aime interpréter la musique contemporaine, et a donné de nombreux concerts en République Tchèque, en Pologne, France, Italie, Suisse, Luxembourg et aux USA, dont plusieurs premières.

 

Bohumir Stehlik, piano.

Né en 1990 à Prague Bohumír est reconnu en Suède comme l’un des premiers pianistes de la jeune génération. Il s’est distingué en solo, et de plus en plus souvent avec de grands orchestres, de même   qu’en musique de chambre. Il est reconnu par la critique comme un artiste sensible et d’une grande puissance d’expression. Ayant débuté très tôt, il suit une formation complète à l’Ecole de musique de Prague avec Irina Kondratěnko puis à l’Académie des Arts de la Scène à Prague avec Frantisek Maly. Il obtient ensuite un Master de l’une des plus prestigieuses académies de musique de l’Europe du nord, la Royal Academy de Stockholm avec l’un des plus grands pianistes suédois, Mats Widlund.  

Il a obtenu maintes récompenses depuis, en solo:  » 1er Prix au concours Virtuosi per Musica di Pianoforte, 1er Prix du Concertino Praga, aussi bien qu’en ensemble de chambre: 1er Prix du Concours International « Citta di Chieri », et enfin le prestigieux Prix International Pro Musicis France en 2013, la Bourse nationale suédoise KMA ainsi que la Bourse Yamaha en 2014. Outre les Bourses obtenues, il a suivi de nombreuses master classes en plusieurs pays européens, les cours de grands Maîtres tels  Jiri Hlinka (Norvège), Daniel Blumenthal (USA/France), Eva Poblocska (Pologne) ou Martin Roscoe (UK) ainsi qu’en musique de chambre avec Jan Vogler, Karen Gomyo, Mira Wang, Robert Chen, Daniel Schnyder et d’autres. Invité à plusieurs festivals de musique: Moritzburg Festival, Dvorakova Hudebni Nelahozeves, ICMF Stavanger et d’autres en République Tchèque et ailleurs, il  dispose d’une grande expérience également dans l’accompagnement des voix et du mélodrame. Le clavecin, l’orgue font aussi partie de ses instruments favoris, et enfin il a étudié la direction d’orchestre avec le compositeur et chef d’orchestre Jiri Smutny.  

Lundi 24 mars Salle Cortot, le Trio Pilgrim nous a fait rêver !

avec Delphine Bardin, piano, Prix International Pro Musicis 2009,

Arno Madoni, violon et Maryse Castello, violoncelle.

 

Quelle soirée, quel Trio !
 Admiration pour le programme éclectique proposé par le Trio Pilgrim, qui ne comptait que des chefs d’oeuvre: du merveilleux trio n° 22 de Haydn, poétique, inspiré, délicat, à celui de Thierry Escaich « Lettres mêlées » que le compositeur est venu présenter sur scène, une oeuvre magnifique de l’avis des connaisseurs, mais aussi qui a séduit la totalité du public, dont une partie n’est pourtant pas très familière avec la création contemporaine.
Nous avons été subjugués, et nous devons un très grand merci au Directeur musical de Pro Musicis le chef d’orchestre Alain Pâris, qui l’avait inscrit au programme !
Le Trio n° 2 de Schubert était pour sa part une invitation au voyage dans le temps: ses « célestes longueurs » (Stravinski) prennent tout leur sens à une époque pressée, frénétique, toujours en attente du prochain SMS, et qui ne sait plus vivre au présent !

Il faut souligner enfin la superbe interprétation du Trio Pilgrim qui de l’avis des connaisseurs a parfaitement interprété et servi ces oeuvres difficiles, avec justesse de tempo, précision des attaques, poésie, sensibilité exceptionnelle du piano – d’une autre planète nous a -t-on dit – et des cordes – une soirée de rêve, mémorable !

Et rendons hommage à leur idée de ne pas offrir de « bis » après les beautés de Schubert qui nous ont si heureusement offert ce voyage hors du temps  et qui couronnaient cette soirée.

 

 Joseph HAYDN : Trio en la Majeur, n° 22, Hob.XV: 9,

 Thierry ESCAICH : Lettres mêlées (2003),  

Franz SCHUBERT : Trio n° 2 en mi bémol, D929 op. 100.

 « Le Trio Pilgrim, créé en 2007, dans son jeu élégant et naturel dans le respect des œuvres interprétées, nous invite au voyage et nous emporte par l’élan et la connivence des talentueux musiciens qui le composent » (Extrait de presse)

www.triopligrim.fr

Dernière nouvelle: le Trio Pilgrim va bientôt enregistrer les deux splendides trios de Mendelssohn avec le label « Les belles écouteuses ». Il offre une souscription à prix réduit sur le site du label, une superbe opportunité à saisir :

http://bellesecouteuses.com/?page_id=1472

                                           

 Delphine Bardin: Quatre 1er  Prix au CNSM de Paris: Piano solo, Musique de chambre, Accompagnement Piano, Accompagnement vocal, Prix « Clara Haskil » 1997, Prix Bunkamura 1999, Lauréate des Fondations « Y. Lefébure », et « Banque Populaire », Prix International Pro Musicis 2009 et 2012 en Duo à l’unanimité du Jury, se produit également en duo avec la violoncelliste Ophélie Gaillard, Victoire de la musique 2002, et Sarah Louvion, Flûte solo à l’Opéra de Francfort. Tournées récentes aux Etats-Unis (Boston et New York en Duo avec la violoniste Elsa Grether), en Suisse récitals en août 2013 et nombreux engagements publics et privés en solo ou musique de chambre.  

Derniers enregistrements: Intégrale des Barcarolles de Fauré (Alpha) « Diapason d’Or » 2010, Œuvres violoncelle et piano de Liszt, avec Ophélie Gaillard (Aparté 2012). Delphine Bardin travaille également depuis 2013 sur le projet novateur de Pro Musicis dans le domaine de l’initiation musicale et de l’expression artistique des enfants handicapés.

                                                            www.delphinebardin.com  

 Maryse Castello: Violoncelle solo de l’Orchestre symphonique région Centre-Tours, Médaille d’or du CNR de Strasbourg, Diplôme supérieur de concertiste à l’Ecole normale de musique de Paris, et du Conservatoire royal de musique de Bruxelles. Soliste du 5ème  concerto de Boccherini, de la Symphonie concertante de Haydn et 1er concerto de Saint-Saëns. Derniers enregistrements: Concerto pour violoncelle de Emil Cossetto, duos avec piano Boccherini Schumann, Grieg (Sude) et musique de chambre pour cordes de Philippe Hersant (Triton).Maryse Castello est née en 1973 à Epinal. Elle est diplômée de l’Ecole Normale Supérieure de musique de Paris. De 1994 à 1996, elle étudie également au Conservatoire Royal de musique de Bruxelles où elle obtient le diplôme supérieur. La musicienne se perfectionne par la suite auprès de Philippe Müller et suit, à partir de 1998, les master classes de l’association ProQuartet. Membre de l’Orchestre de Bretagne de 1995 à 1997, elle enseigne aux Conservatoires de Saint-Mandé et de Joinville-le-Pont. Depuis 1997 ; Maryse Castello joue au sein du Quatuor Arezzo dont elle est membre fondateur. En 2001, elle est admise à l’Orchestre Symphonique et Lyrique de l’Opéra de Tours.

 

Arno Madoni, violon: violoniste titulaire de l’Orchestre philharmonique de Radio France depuis 2005, violon solo de l’Orchestre Pasdeloup et de l’ensemble Edgédé. Médailles d’or à l’unanimité de violon et de musique de chambre et Prix de perfection-nement du CNR de Rueil-Malmaison, DFMS et Prix de musique de chambre du CNSM de Paris et en 2004 Prix de Quatuor à cordes, Lauréat du Concours international de musique française de Guérande,  etc. Elève d’Elizabeth puis de Gérard Haut, Grand Prix de violon à l’Ecole de Musique Agréée de Metz-Sablon, élève  d’Alexis Galperine il obtient, à l’unanimité, les médailles d’Or de violon et de musique de chambre et Prix de Perfectionnement du CNR de Rueil-Malmaison. Au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, il est successivement l’élève de Gérard Jarry puis de Roland Daugareil. En 2002, mention Bien à l’unanimité au Diplôme de Fin d’Etudes Musicales Supérieur en violon, Prix de Musique de Chambre – mention Très bien à l’unanimité – dans la classe de Christian Ivaldi et Ami Flammer. Lauréat (2ème prix) du Concours Européen de Cordes d’Epernay en 1996 ainsi que du 9ème Concours International de Musique Française de Guérande (3ème Prix) en 2001.

 

Le thème de la saison 2013.2014 choisi par le chef d’orchestre Alain Pâris et Directeur musical de Pro Musicis porte sur JS Bach. « Lettres mêlées » est entre autres un hommage au Maître de tous les compositeurs par l’un de plus grands contemporains, Thierry Escaich. Huit premiers prix au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris: harmonie, contrepoint, fugue, orgue, improvisation à l’orgue, analyse, composition et orchestration. Il compose dès l’enfance et remporte en 1989 le 1er Prix André Jolivet, en 1990 le Prix Blumenthal, en 1994 le Prix Nadia et Lili Boulanger, et le Prix de musique symphonique de la Sacem, en 1993 le prix Hervé Dugardin et en 1999 le prix Georges Enesco. Grand prix d’improvisation du Concours international de Strasbourg en 1991, il est nommé en 1996 titulaire du grand orgue de l’église Saint-Étienne-du-Mont à Paris. Le 6 mars 2013, il est élu à l’Académie des Beaux-Arts.

Thierry Escaich mène une carrière internationale d’organiste et d’improvisateur. Dans ses concerts et récitals, il aime mêler ses propres œuvres à celles d’autres compositeurs et les relier par des improvisations, proposant ainsi des programmes à la fois diversifiés et profondément cohérents avec une prédilection pour Jean-Sébastien  Bach, Mendelssohn,  Brahms, César Franck, Jehan Alain, Maurice Duruflé, Olivier Messiaen.

Il se produit, au piano ou à l’orgue, avec des musiciens comme les pianistes Claire-Marie Le Guay, Éric Le Sage, Bertrand Chamayou et Jonas Vitaud, le violoniste David Grimal, les violoncellistes Christian-Pierre La Marca et François Salque, le trompettiste Romain Leleu et de nombreux autres artistes. Il s’est produit avec l’Orchestre symphonique de Chicago, l’Orchestre de Philadelphie, l’Orchestre du Konzerthaus de Berlin et plusieurs orchestres symphoniques français.

Thierry Escaich est l’auteur d’une centaine d’œuvres. L’orgue tient une large place dans sa musique, mais le piano, le saxophone et d’autres instruments de musique sont également présents. Il est le tenant d’une musique modale qui ne se veut ni tonale, ni sérielle. Il rejoint par là une nouvelle tendance de la musique contemporaine en général et de la musique française en particulier, aussi représentée par Nicolas Bacri, Guillaume Connesson, Philippe Hersant ou Éric Tanguy. Sa musique est caractérisée par un lyrisme fiévreux, un élan rythmique implacable et une recherche permanente de couleurs harmoniques et instrumentales chatoyantes qui se traduisent dans ses grandes pages orchestrales comme Chaconne, Miroirs d’ombre, La Barque solaire ou le Concerto pour violon et orchestre. En 2003, 2006 et 2011, il a été élu « compositeur de l’année » aux Victoires de la musique classique.

Initiation musicale pour enfants handicapées: leur expression en poésies et dessins…

 

Et voici une petite merveille de poésie et de fraîcheur par des petites filles handicapées: les dessins et poèmes que leur a inspiré l’écoute de la pièce de Franz Liszt   « Au bord d’une source » interprétée dans leur classe par la pianiste concertiste Delphine Bardin, Lauréate Pro Musicis.

Cette artiste anime en coopération avec le professeur Charlotte Brunet les classes mensuelles d’initiation musicale qui ont débuté en octobre 2013 et qui se poursuivront pendant toute l’année scolaire 2013.2014.

Cette innovation a pu se réaliser grâce aux généreux donateurs qui ont contribué à offrir un piano pour les enfants, instrument prêté par Pro Musicis à l’institution d’accueil, laquelle a bien voulu se lancer dans une expérience pourtant particulièrement difficile à concrétiser compte tenu des horaires très chargés.

A tous, ces poésies et dessins sont dédiés !

Prière de cliquer sur le lien ci-dessous: 

http://www.promusicis.fr/wp-content/uploads/2011/11/Initiation-musicale-Pro-Musicis.pdf

Sébastien van Kuijk et Dana Ciocarlie: une ovation Salle Cortot

 

En duo avec l’illustre pianiste Dana Ciocarlie, Lauréate Pro Musicis, Sébastien van Kuijk nous a offert un programme magnifique, salué par une ovation de la Salle Cortot: deux virtuoses d’une musicalité exquise, à la hauteur des plus grands. Avec en « bis » un mouvement d’une sonate de Richard Strauss qui a enchanté le public, déjà enthousiate. Le programme:

Jean-Sébastien Bach
Suite pour violoncelle seul n°2 BWV 1008 

 Ludwig van Beethoven 
 Sonate pour violoncelle et piano n°3 op. 69  

  Johannes Brahms
  Sonate n°1 pour violoncelle et piano op. 38  

S. van Kuijk, violoncelleSébastien van Kuijk a étudié le violoncelle avec Erwan Fauré à la Schola Cantorum de Paris. Au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris il obtient deux 1er Prix de violoncelle et de musique de chambre (classes de Jean-Marie Gamard, Christian Ivaldi, Alain Meunier et Jean Mouillère).
Il suit ensuite les cours de perfectionnement à la Hochschule de Cologne.
Dès 1999, il remporte le 3ème prix du « Concours International de Jeunes Concertistes » de Douai,  puis l’année suivante le 2ème  Grand Prix et le prix spécial Gustav Mahler au Concours International « Printemps de Prague 2000″. En 2001 il est lauréat du Forum Musical de Normandie ainsi que du Concours Avant-scènes, organisé conjointement par le CNSMDP et la Cité de la musique à Paris.

La même année il est Lauréat du 7ème Concours Rostropovitch avec le Prix du Meilleur Espoir offert par la SACEM.
En septembre 2004 il remporte le 5ème Prix du concours international Pablo Casals à Kronberg/Francfort (Allemagne).

Lauréat du Mécénat Musical Société Générale, du SYLFF de la Tokyo Foundation, du Groupe Banques Populaires et de la Fondation Meyer, celle-ci lui permet d’enregistrer un CD Crumb / Brahms / Prokofiev. Outre les 2ème sonates de Brahms et de Mendelssohn avec Geoffroy Couteau au piano, ce disque propose la Sonate-Fantaisie pour violoncelle seul d’Aram Katchaturian et, en création mondiale, la sonate pour violoncelle seul de Karol Beffa. En octobre 2004, il se fait remarquer par son interprétation avec l’orchestre des Concerts Lamoureux du concerto pour violoncelle de Boris Tchaïkovski (1925 – 1996), créé par Rostropovitch à Moscou en 1964; Nicolas Bacri lui dédicace en 2004 sa Symphonie concertante pour violoncelle et orchestre et Thierry Escaich le consulte pour son œuvre pour violoncelle. Il travaille avec Henri Dutilleux ses Trois strophes sur le nom de Sacher. Il s’est produit en soliste, avec, entre autres, l’Orchestre Symphonique de la Garde Républicaine, le Philharmonique de Chambre de Bohème, le Bohuslav Martinu Philharmonic, l’Orchestre de la Radio Nationale de Bulgarie à Sofia, l’Orchestre symphonique de la Radio de Francfort, l’Ensemble Orchestral de Paris et l’Orchestre des Concerts Lamoureux. Il joue en récital à la Salle Gaveau, à l’Auditorium du Louvre, à Radio France, à la Cité de la Musique, au musée d’Orsay, à la Salle Cortot, à l’Archipel, à l’Arsenal de Metz, au Rudolfinum de Prague, à Rostock en Allemagne et en  Italie.

Il est régulièrement invité aux Musicales de Mortagne, au Festival Européen des Jeunes Talents, au Festival de Pâques et Festival Estival de Deauville, aux Festivals de Saint-Cosme, d’Entrecasteaux, de Cordes-sur-Ciel, de l’Epau, aux Serres d’Auteuil et se produit avec des partenaires tels que Renaud Capuçon, Bertrand Chamayou, Dana Ciocarlie, Geoffroy Couteau, Jérôme Ducros, Augustin Dumay, Florent Héau, Gary Hoffman, Marie-Josèphe Jude, Paul Meyer, Alexandre Tharaud, Cédric Tiberghien, …

Sélectionné par l’AFAA pour représenter les « French Colors » en Asie il se produit à Hong Kong et Bangkok. En août 2007, les Holland Music Sessions l’invitent à faire partie du programme « New Masters on Tour » pour la saison 2008-2009. Cela lui a permis de se produire au Concertgebouw d’Amsterdam, à La Haye, à Bergen, etc. Il est également invité au festival Menuhin à Gstaad (Suisse) en février 2008 et au Théâtre des Champs-Élysées en soliste accompagné par l’Ensemble Orchestral de Paris. Un disque des œuvres pour violoncelle et piano de Mendelssohn avec la pianiste Dana Ciocarlie est sorti début Mai 2009 chez le label INTRADA.

 

Formée aux sources de l’école roumaine de piano comme Dinu Lipatti, Clara Haskil et Radu Lupu, Dana Ciocarlie a également étudié à Paris auprès de Victoria Melki à l’Ecole Normale de Musique et a suivi le cycle de perfectionnement du Conservatoire National Supérieur de Musique dans les classes de Dominique Merlet et Georges Pludermacher. Douée d’un tempérament vif-argent où la générosité le dispute à l’engagement, Dana Ciocarlie possède un vaste répertoire, s’étendant de Jean-Sébastien Bach aux compositeurs d’aujourd’hui. Nombreux sont ceux qui lui ont dédié des œuvres tels Karol Beffa, Frédéric Verrières, Nicolas Bacri, Helena Winkelman, Laurent Mettraux et Dan Dediu, et elle est reconnue comme l’une des interprètes majeures de Horatiu Radulescu. Son expérience et son talent ont été récompensés par de nombreux prix lors de concours internationaux prestigieux : 2ème prix au Concours International Robert Schumann à Zwickau, Prix Spécial Sandor Vegh au Concours Geza Anda à Zurich, Prix International Pro Musicis, Young Concert Artist European Auditions à Leipzig, Concours Ferrucio Busoni en Italie.

Lauréate de plusieurs Fondations : Yvonne Lefébure, Nadia Boulanger, Gyorgy Cziffra, elle est aussi une interprète recherchée pour la musique de chambre. Parmi ses partenaires, on mentionnera les violonistes Naaman Sluchin, Radu Blidar, Nicolas Dautricourt, Laurent Korcia, Irina Muresanu, Jane Peters, Jean-Marc Phillips-Varjabédian, les altistes Gérard Caussé et Pierre Franck, les violoncellistes Alexander Kniazev, Sébastien van Kuijk et Raphaël Chrétien, les cornistes David Guerrier et Hervé Joulain, le Quintette à vent Le Concert Impromptu, le Quatuor Psophos. Ses multiples activités à travers le monde en récital ou en concert avec orchestre l’ont conduite aux Etats-Unis (Boston, New York, Los Angeles), au Canada, à Hong-Kong, en Europe  dont en France: Cité de la Musique, Musée d’Orsay, Radio-France, Auditorium du Louvre, Théâtre du Châtelet, Salle Pleyel, Salle Gaveau, Invalides, MIDEM de Cannes, Opéra de Lyon, et dans différents festivals : Chopin à Bagatelle, Berlioz de la Côte Saint-André,  La Roque d’Anthéron et bien d’autres…

Ses deux enregistrements chez L’Empreinte Digitale de la dernière Sonate pour piano de Schubert et l’autre de la musique roumaine, Romania, lui ont valu des critiques élogieuses de la presse qui reconnaît en elle l’humilité des grands et n’hésite pas à la comparer par sa musicalité à Wilhelm Kempff et à Clara Haskil. Sur France Musique, où elle est régulièrement invitée, elle poursuit son cycle dédié aux œuvres de Robert Schumann dans l’émission L’atelier du musicien de Jean-Pierre Derrien qui l’invite depuis 2001.

Elle a enregistré plusieurs CD : Schubert en 1997, « Romania », 1999, Constantinescu, Enescu, Bartok , »La langue maternelle », Bartok, Eötövos; chez Ar Ré-Sé, Magnard et Lekeu avec Irina Muresanu, et « Debussy en miroirs », Triton 2006; avec Codaex, 2008, Dvorak son Quintette avec le Quatuor Psophos, Mendelssohn, Intégrale de l’oeuvre pour violoncelle et piano avec Sébastien van Kuijk (Intrada ), »Bohémia » (Janacek, Suk, Martinu, Maratka) avec la violoniste Marianne Piketty (Integral / Classic 2010). Dana Ciocarlie est Professeur à l’Ecole Normale de Musique de Paris Alfred Cortot. 

Prix Pro Musicis 2013: un grand cru !

 

Présidé par le nouveau Directeur Musical de Pro Musicis, Alain Pâris, chef d’orchestre et musicologue, le Jury 2013, après un jour et demi d’auditions a couronné trois Lauréats.

 

Ce concours de très haut niveau comme chaque année a suscité de nombreuses candidatures de plus de dix pays d’Europe, Asie et Amérique.
La première sélection avait désigné 11 artistes et ensembles  de chambre pour les demi-finales et finale des 4 et 5 décembre au CNSMDP,  Cité de la Musique à Paris.
La demi-finale a permis à 6 d’entre eux d’accéder à la finale. c’est dire si le choix a été sélectif, qui n’a retenu que trois d’entre eux – le nombre maximum – parmi les grands talent proposés.
En finale, chaque candidat a été écouté puis interrogé sur ses capacités pédagogiques à partager bénévolement la musique avec des publics en souffrance. Bien que le talent soit le crière essentiel d’attribution du Prix International, la capacité pédagogique, le charisme peuvent jouer un rôle pour départager deux artistes dont l’excellence est comparable.  

 Alain Pârischef d’orchestre et musicographe français, pianiste de formation, a étudié la direction d’orchestre avec Pierre Dervaux, Paul Paray et Georg Solti. En 1968 il remporte le 1er prix au Concours international de Besançon. Assistant de Michel Plasson au Capitole de Toulouse, il est premier chef d’orchestre à l’Opéra du Rhin (1983-1987) et professeur de direction d’orchestre au conservatoire de Strasbourg (1986-89). Il dirige la plupart des grands orchestres français et développe une carrière internationale notamment comme invité régulier de la Capella de Saint-Pétersbourg (1993-1999), du Bilkent Symphony Orchestra à Ankara (1998-2000), de la Philharmonie Georges Enesco de  Bucarest (depuis 1999), de l’Orchestre d’État d’Athènes (2002-2004), de l’Orchestre philharmonique du Liban (depuis 2002).

Alain PârisInvité par 80 orchestres dans plus d’une trentaine de pays sur quatre continents, il est recherché pour sa connaissance du répertoire français. Il donne également des master classes dans tous ces pays et siège dans plusieurs jurys de concours internationaux.

Longtemps producteur d’émissions musicale sur France Musique, il est l’auteur de plusieurs ouvrages musicographiques de référence.

Alain Pâris a accepté d’assurer la présidence du Jury du concours du Prix international Pro Musicis, qui compte plus de cent Lauréats de renom, dont Natalie Dessay, Patrice Fontanarosa, Dominique Merlet, Dana Ciocarlie et bien d’autres.

Il succède à André Jouve, ancien directeur de la musique à Radio France, qui a assuré l’excellence des sélections depuis plus de vingt ans.

 

Bob Hughes on Pianist Andrew Staupe’s Parisian Recital

 

SOMETIMES SPUR-OF-THE-MOMENT decisions lead to delightful surprises.

That happened to me last night, as I strolled the 17th arrondissement of Paris, near where I live when I’m here.

I was walking by the Ecole Normale de Musique de Paris, on the corner of Boulevard Malsherbes and Rue Cardinet, and saw a poster for a concert that evening at the conservatory’s Salle Cortot (named after the school’s co-founder, pianist Alfred Cortot). I had arrived just two days before – I am lucky enough to spend a few months a year in France – and was walking around to fend off jet lag and fighting the urge to sleep by strolling about, admiring the cozy architecture of this comfortable neighborhood.

The program was a piano recital, given as part of an international musicians’ exchange organization called Pro Musicis, which awards prizes for musical excellence (among former winners is singer Nathalie Dessay). Last night, there was a recital by the American pianist Andrew Staupe, who had won the Laureat du Prix International Pro Musicis USA 2011. 

The cost was 20 euros – a relative bargain at around $27 – and the concert consisted of works by Bach, Mozart, the « Group des Six » (G. Auric, L. Durey, A. Honegger, F. Poulence, D. Milhaud and G. Tailleferre) and Chopin. I decided to take a chance.

I’m glad I did.

Paris, like many big cities, has its share of music schools and conservatories with reasonably priced concerts. But here, as in other metropolises with an abundance of cultural riches, people tend to ignore the treasures in their backyards. I’ve been guilty of that myself, and though I had long thought of attending a concert here at Salle Cortot the dates never quite aligned with my stay. Until yesterday.

The Salle Cortot is an ideal chamber-music and recital space, seating about 350-400 people, with excellent sight lines of the small semicircular stage. You’re never far from the musicians. The seating was open. I found a single seat perched just behind the last row of the orchestra. The last row of the center section was seven rows back, so you get the idea of the intimacy of the room.

 To my surprise (or naïveté), many of the well-dressed audience knew each other; there’s a membership for the concerts, which run about once a month during the playing season. It had a familial feeling, much as one gets at New York Festival of Song concerts in Manhattan, where the bulk of the audience is made up of long-time subscribers, and the atmosphere is genial and welcoming.

A gentleman of a certain age, who didn’t give his name but who was, I assumed, associated with the organization, introduced the concert with great charm. He gave a précis – humorous, insightful – of each of the pieces to begin with, and without fanfare, the young pianist came on stage and began.

Staupe is wonderfully light-fingered and at the same time forceful. He was ruminative on the Bach – the Fantasy and Fugue in A minor, BWV 904 – and his superb sense of classical proportion would have delighted the late Charles Rosen on the Mozart sonata, K. 576 in D major.

I’m glad Staupe chose – perhaps in keeping with the Parisian setting – a selection of works from the Group of Six, those French composers who got together toward the end of World War I and whose music they claimed was in protest of the compositions, and compositional styles, of Wagner, Debussy and Ravel. Their intentions might have been one thing, but the music I heard had echoes of both Debussy and Ravel – shimmering, silvery, lovely and fleeting. Staupe performed the works with French élan and poise.

Following the brief entr’acte, the distinguished gentleman introduced the Chopin. Staupe then entered and played the Scherzo No. 4 in E major, Op. 54; the Nocturne in E minor, Op. 72,  no. 1, the Barcarolle, Op. 60, the Berceuse (or lullaby) Op. 57, and closed with the Scherzo No. 3 in C-sharp minor, Op. 39.

He’s an exceptional Chopin performer – he makes it seem as if the Chopin were easy to play (which any pianist knows is not usually the case), and he also makes what he plays emotional without sentimentality.

For the encore, Staupe gave us Schubert’s Hungarian Melody, another lesson in powerful restraint.

It was so gratifying to fall upon a co unfussy, a performance space so unassuming, a pianist so gifted and modest, along with an audience so present yet free, it appeared to me, of the shushing snobbery of so many classical-music crowds.

I left the hall under the pearly glow of a late gibbous moon high over Paris, with a gleaming Jupiter on the fringe of the lunar halo, grateful for many things – Paris, music, a clear winter sky – but most of all, perhaps, for having taken a chance and won.  

Bob Hughes is a former Wall Street Journal reporter, who specialized in cultural coverage, and is a novelist (Late and Soon) and playwright (Sight Lines). He works as a writer on a variety of projects, and lives between New York and Paris.

For a video interview with pianist Andrew Staupe, go here.

Les classes d’initiation musicale pour enfants handicapés ont commencé.

Merci !!! Thank you, Vielen Danke, Muchas Gracias ! Un immense merci aux donateurs de France, Allemagne, Royaume-Uni,  Etats-Unis, Nouvelle Zélande, Amérique du sud, qui ont contribué  sur le site hautement sécurisé www.alvarum.com/faiteslesrever,  à OFFRIR UN PIANO destiné à l’initation musicale d’ENFANTS handicapés. Grâce à ce piano installé dans leur institution, un Lauréate Pro Musicis, la pianiste concertiste Delphine Bardin  a initié le 24 octobre les séances mensuelles d’éducation musicale et mettre ainsi la musique dans leur cœur.  Le professeur de l’institution, Charlotte Burnet s’est portée volontaire pour co-animer ces événements, et la symbiose avec l’artiste Pro Musicis se montre merveilleusement créative, pour le plus grand bien des enfants.

Cette action pour les enfants handicapés vise à favoriser leur écoute, la stimulation de leur imagination et l’ouverture vers l’immensité du monde de la musique que Pro Musicis partagera avec eux.

NOUS VOULONS LES FAIRE REVER.

A bientôt, merci pour eux

Pro Musicis

Andrew Staupe, Lauréat 2011: trois récitals et un magnifique succès !

Les trois récitals d’ Andrew Staupe: Salle Cortot le 13 janvier, à Blois le 14 et à Paris le 15 ont rencontré l’enthousiasme et la faveur de publics pourtant habitués aux meilleurs artistes du monde, Lauréats de Pro Musicis. Doté d’une virtuosité vraie, celle qui allie une technique parfaite mais jamais mise en avant, à une musicalité exceptionnelle, Andrew Staupe a montré un talent stupéfiant pour associer l’émotion et son contrôle par des tempi respecteux des compositions, salués par tous les experts à son écoute, et une audace dans les nuances les plus infimes, des « fortissimo » passionnés à des « pianissimo » d’une subtilité jamais entendue. Pro Musicis est fier de proposer de tels talents à tous les publics, valides ou « oubliés »!

Le programme:

 Jean-Sébastien Bach Fantaisie et Fugue in la mineur, BWV 904

W.A. Mozart Sonate en ré majeur, K. 576  

  Album du « Groupe des Six »  G. Auric, L. Durey, A. Honegger, F. Poulenc, D. Milhaud, G. Tailleferre

 Frédéric Chopin

Scherzo n° 4 en mi majeur, Op. 54             Nocturne en mi mineur, Op. 72 n° 1             Barcarolle, Op. 60             Berceuse, Op. 57             Scherzo n° 3 in do dièse mineur, Op. 39

Le pianiste américain Andrew Staupe se révèle comme l’un des plus remarquables artistes de sa génération. Lors de ses débuts en 2012 au Carnegie Hall il a reçu un accueil triomphal de la critique. Selon la « New York Concert Review »: Staupe a offert un récital brillant, surmontant aisément  les exigences de virtuosité … j’en  fus ébahi… ce fut l’une des plus incroyables  performances…une de  celles que l’on ne vit qu’une fois dans une existence!”  

Soliste avec le Minnesota Orchestra pendant 5 saisons depuis 2006, Andrew s’est également produit avec le San Diego Symphony, le Houston Symphony, l’Indianapolis Symphony et son  Orchestre de Chambre, et bien d’autres aux Etats-Unis sous la baguette de chefs tels que Osmo Vanska, Jahja Ling, Andrew Litton, Daniel Hege, Robert Franz, Cristian Macelaru, et Mischa Santora. En récital il s’est également produit aux USA, en Europe, et particulièrement en  Russie, Hollande,   République Tchèque, Lettonie, Roumanie, France, Allemagne et Bulgarie. Et notamment dans des Salles de concert prestigieuses tels le Concertgebouw d’ Amsterdam, le Rachmaninov Hall à Moscou, l’Ateneul Roman en Roumanie. Staupe s’est également fait connaître des médias américains par  l’émission “Performance Today” de Fred Child en juillet 2012, un  programme écouté par plus de 1,3 million d’auditeurs. Entre autres cette saison il jouera les deux concertos de Brahms avec le Rochester Symphony, et fera ses débuts avec le Knoxville Symphony.

En tant que chambriste, Andrew a collaboré avec des artistes de premier plan tels que Chee-Yun, Martin Chalifour, Jessica Rivera, Desmond Hoebig, Joseph Swensen, Simone Porter, Anne Martindale Wililams, James Dunham, et Leone Buyse.  Il était Artiste invité au  Festival de Musique de Chambre 2010 des Iles Orcas (Washington), ainsi qu’au Festival Amadeus 2013 du Glacier Symphony.

Très porté sur la musique contemporaine,  Andrew a offert les premières de nombreuses pièces pour piano solo ou ensemble de chambre par des compositeurs tels que Sarah Kirkland Snider, Christopher Walczak, Christopher Goddard, Karl Blench, et Anthony Brandt. Andrew a également suivi de nombreuses master classes, avec Yefim Bronfman, Stephen Hough, Gary Graffman, Awadagin Pratt, Lee Kum Sing, Paul Schenly, Jerome Lowenthal, et Eugene Pridinoff. D’autres mémorables récitals ont eu lieu au Kennedy Center, à la Librairie du Congrès à Washington DC, au Steinway Hall et au  Trinity Wall Street à New York

Ses récitals en direct ont été programmés par des chaînes radio majeures à diffusion nationale telle WQXR à New York, KSJN à Minneapolis, et KUHF à Houston.

 Outre le Prix International Pro Musicis USA 2011, il a gagné maintes récompenses, dont la Médaille d’Or du concours  2010 des jeunes Artistes Young du Texas, et le 1er Prix 2006 au concours WAMSO (Minnesota Orchestra Volunteer’s Association), etc.

Avant d’étudier le piano, Andrew était comédien et s’est produit souvent aux théâtres de Minneapolis, au Guthrie Theater, Ordway Theater, et au Children’s Teaser. Il a également étudié le violon à l’Université du Minnesota, et aime aussi pratiquer le jazz.  Andrew a fondé par ailleurs  ‘The Leoninus Ensemble », Choeur qui se consacre à la musique  médiévale et de la Renaissance à l’Université du Minnesota en 2004, où il chantait également comme baryton avec les Waltham Abbey Singers. 

Que dit la Presse:

« Le Concerto n°1 en ré mineur de Brahms fut brillamment interprété par Andrew Staupe. D’un phrasé délicat et élégiaque et d’une précision chirurgicale, son jeu fut expressif,bien maîtrisé sur le plan rythmique et envoûtant.

« L’orchestre l’a visiblement beaucoup apprécié,et le public lui a réservé une ovation. Le chef Lantz fut si enchanté à la fin, qu’il en a oublié de faire se lever l’orchestre!… Mais on peut aisément comprendre pourquoi ! »… Drue Fergison, life@postbulletin.com Lundi 7 octobre 2013.

   »Finalement, samedi soir, pour le second concert de la Sommerfest, le jeune virtuose Andrew Staupe a occupé la scène à lui seul avec son interprétation impressionnante du Concerto n°2 de Liszt (..). Il en a aisément surmonté les formidables difficultés techniques, prenant les longs  passages à double-octave à une vitesse phénoménale tout en conservant une clarté d’élocution totale, et une intensité qui n’a semblé à aucun moment surfaite (…). Au-delà, sa vision des éléments lyriques de l’oeuvre a démontré un parfait respect pour les mélodies tout en conservant une distance aristocratique dans leur interprétation. Le résultat a été une longue standing ovation ». Michael Anthony. 612-673-4445 ©2006 Star Tribune. 

 « La première partie du récital a été celle d’Andrew Staupe, dont les aptitudes techniques sont impressionnantes, à couper le souffle. Son final a attiré un audible “Waouh!” de l’assistance. » New York, Weill Recital Hall au Carnegie Hall le 04/11/2012.

 

Pro Musicis France 2013 Awards: 3 brillant winners

Pro Musicis France is proud to welcome to the worldwide famous  Artists family:

Jana Jarkovska, flute, and Bohumir Stehlik, piano

Misha Namirovsky, piano solo

Lucy Driver, flute, and Maria Camahort, guitar

 

Jana Jarkovská, flute, and Bohumir Stehlik piano

  Jana Jarkovská was born in 1983 in Jaroměř, a cultured town in DSC05200_3SiteEastern Bohemia in the Czech Republic, where she started studying the recorder at the tender age of three. By the time she was seven, she was studying the flute in a music school in Hradec Králové. After graduating from The Bishop Grammar School in Hradec Králové in 2002, she entered The Prague Conservatoire where she studied the flute for six years with prof. Jan Riedlbauch. During her studies she won the first prize at The Czech Conservatoires’ National Competition and the Yamaha scholarship which is awarded to only one student of the Prague Conservatoire each year. She has also participated in the esteemed Prague Spring Competition. In the year 2010 she studied for one semester at The Conservatorio di Musica “Giuseppe Verdi » in Milan (Italy) with prof. Simona Valsecchi (flute) and Emanuela Piemonti (chamber music) within the Erasmus Study Internship. In 2012 she worked as an assistant professor in Prof. Simona Valsecchi’s class at The Conservatorio « G. Verdi » within Erasmus Placement Program. Apart from that, she is also studying at The Academy of Performing Arts in Prague (with prof. Jiří Válek). Jana Jarkovská regularly attends master classes of renowned flautists such as Philippe Benoit, Barthold Kuijken, Gaby Pas-Van Riet or Kaspar Zehnder.  In 2011 she performed at The « Za poklady Broumovska » Music Festival with her trio (flute – violoncello – piano) and their performance was widely appreciated. Beyond the traditional flute repertoire, she also enjoys performing contemporary music and has performed in contemporary premieres as well. Her concerts have taken place within the Czech Republic as well as abroad – in Poland, France, Italy, Switzerland, Luxembourg and the USA.

http://www.janajarkovska.cz/en_index.html

 Bohumir Stehlik, piano

Born on the 26th of January 1990 in Prague. Bohumír is one of the foremost pianists of the younger generation. He has distinguished himself both as a soloist and kammermusiker. He has developed an sensitive instrumental skill and great musical expressive power.    Primary music education was gained in the Music School of Prague under the command of prof. Jan Tůma and at the Gymnasium of Jan Neruda with musical survey where he studied under the patronage of Mgr. Irina Kondratěnko. Since 2009 he studied at the Academy of Performing Arts in Prague with Doc. Frantisek Maly. Circumstances changed  his life path and brought him to one of the most prestige music academies in Scandinavia. Since 2011 Bohumir is studying at Edsberg manor – a part of the Royal Academy in Stockholm, Sweden. His teacher is one of the front swedish pianists Mats Widlund. During last years many laureate awards in solo competitions (e.g. Virtuosi per Musica di Pianoforte – 1st price, Concertino Praga – 1st price, etc.) and in competitions of music ensembles (Chieri International Music Competition « Citta di Chieri » – 1st price, etc.) has been given to him. Concerts with orchestra were also successful – Bohumir performed his own cadenzas in Mozart’s piano concerto d minor. Bohumir got scholarships for piano masterclasses in many europian countries. He has been taught by such maestros as for example Jiri Hlinka (Norway), Daniel Blumenthal (USA/France), Eva Poblocska (Poland) or Martin Roscoe (England). In the chamber music domain the knowledge has been given by Jan Vogler, Karen Gomyo, Mira Wang, Robert Chen, Daniel Schnyder and others. He took part at various music festivals both in his homeland and behind the czech border (Moritzburg Festival, Dvorakova Hudebni Nelahozeves, ICMF Stavanger etc.). Bohumir is an experienced chamber music player thanks to festivals of chamber music and accompanying of varied instruments at concerts and competitions. He has also experiences with voices and melodram accompanying. Playing cembalo belongs to other skills thanks to playing in a theatre and orchestra. He also studied conducting under the command of composer and conductor Jiri Smutny. One of his biggest hobbies is playing the organ. He spends lot of his free time with this queen of instruments

 www.bohumirstehlik.com

.

Misha Namirovsky, piano

       Misha Namirovsky is a sensitive musician, always striving to deeply understand the character of the music, and vividly transmit it to the audiences. Following a performance of the Chopin Concerto No. 1 with the Springfield Orchestra in Mass. Mark Baszak wrote in the Union – News: “Misha Namirovsky astounded the audience with his flawless technique and mesmerizing yet non – theatrical performance.” Mr. Judd of the Herald (CT) wrote after hearing a performance of Beethoven’s Piano concerto No. 4: “Mr. Namirovsky produced a beautifully proportioned and poetic offering, often elegiac in style.” The Norderstedter Zeitung (Hamburg) summarizes: “young, modest, uncomplicated and already a master of his Art; the pianist Misha Namirovsky inspired the public with his idiosyncratic interpretations.” Misha has performed as soloist in USA, Italy, Russia, Spain, Croatia, Germany, Japan and China. He collaborated, among others, with the Sendai Philharmonic Orchestra in Japan, Novaya Rossiya Symphony and Nizhniy Novgorod Philharmonic in Russia, and the Niederbayernphilharmonie in Germany. Misha is also a passionate chamber musician, stemming from the time he was a participant at the Marlboro festival in Vermont. He is a founder of ModЭTRE  – a piano trio with the violinist Tessa Lark and the cellist Deborah Pae. Future engagements include concerts in Washington D.C., at the Weill recital hall in New York, in Germany, Italy, Israel as well as collaboration with the St. Petersburg Capella Symphony Orchestra in Russia.  

        Misha Namirovsky has received a deep and versatile education, spanning four countries and three continents. He began his studies at in his native city of Moscow, and continued his musical development in Israel, Germany and the USA. Throughout his growth as musician, Michael was accompanied and guided by wonderful musicians and renowned pedagogues such as Solomon Mikowsky, Eliso Verssaladze and Hung-Kuan Chen.  Further important influences include Mitsuko Uchida, Alfred Brendel and Peter Weiley. Misha holds degrees from the Manhattan School of Music and the Yale University. He is currently pursuing his D.M.A at the New England Conservatory in Boston.

        Misha Namirovsky was a two-time recipient of the Karen Sharet Scholarship in Israel, and a prize winner of many international competitions including “Louisiana international piano competition”, “Koscuisco” competition in New York, “Sendai competition” in Japan, and “Spanish composers competition” in Madrid

http://www.aicf.org/artists/Misha-Namirovsky-A969/?s=1

Lucy Driver, flute, Maria Camahort, guitar

Lucy Driver is a London-based flautist. Lucy studied at the Royal Scottish Academy of Music and Drama with Richard Blake where she was awarded BMus(hons). She then won a place to study at the prestigious Guildhall School of Music and Drama in London, on the Guildhall Artist Masters Course, from which she graduated with distinction. Lucy studied flute and piccolo with Sarah Newbold, Ian Clarke, Philippa Davies and Sharon Williams. Whilst at GSMD Lucy was chosen to take part in sit-ins with the London Symphony Orchestra and the Philharmonia Orchestra, and also took part in the GSMD side-by-side projects with the BBC Symphony Orchestra and the LSO.

         Lucy has performed in a variety of venues including the Barbican Concert Hall, the Wigmore Hall, Cadogan Hall, LSO St Luke’s and St John’s, Smith Square. In addition to orchestral performances, Lucy performs recitals at Music Festivals around the country and abroad, and performs as a soloist as well as in a number of chamber music ensembles. Bookings are welcomed for weddings, corporate events, background music, recitals, and education and outreach workshops and performances. Lucy and her chamber groups perform a wide range of repertoire from classical and light classical, to jazz and arrangements of popular music (requests are also welcome). Please get in contact for more information and quotes.
 
http://www.lucydriver.com/
 

Maria Camahort, guitar

Maria Camahort is a guitarist, ensemble leader, composer and teacher. Graduating with a distinction in MMus Performance from the Guildhall School of Music, and awarded with the Guildhall Artist Fellowship 2010-12, her career has broadened vastly during the last five years. Her exceptional knowledge of her instrument and her devotion towards chamber music and collaborative projects have given her the opportunity to perform in a great variety of genres, settings and contexts. Maria has performed in several festivals such as Barcelona Guitar Festival, City of London Festival, International Conservatoire Week Festival, Bath Guitar Festival, London Guitar Festival, Kings Place Festival, Edinburgh Guitar & Music Festival, etc. She has performed in venues of many cities, such as Barcelona, Madrid, St Petesburg, Warsaw, Cracow, Sevilla, Valencia, Oxford, Edinburgh, Brighton, etc. In London, she has performed at Bolivar Hall, St Luke’s, The Forge, Bishopsgate Institute, Barbican Centre Pit Theatre, The Blue Elephant Theatre, Kings Place, St Martin in the Fields and Southbank Centre among others.

News 10/10/13

Maria Camahort Quintet performing at Keys & Coffee Concert Series: Maria Camahort Quintet presents a concert of music by Spanish composers with a very original approach, sharing with the audience the vivid colours, earthy textures and rhythms of Spanish musical art. More info

21/11/2013 Maria Camahort concerts in Orleans (Paris), together with violinist Laura Gaya: Maria Camahort has been invited to perform with violinist Laura Gaya in Orléans (Paris) on 14th December, part of the concert series « Quatre Vallées en Musique » organised by Patrice Fontanarosa. Laura and Maria will offer a workshop recital in the afternoon, and a concert in the evening. Programme will include composers as Sarasate, Nin, Falla, Granados and Gasull.

http://mariacamahort.com/

 

Lundi 18 nov. Salle Cortot 20 h: Naaman Sluchin, Dana Ciocarlie, virtuoses et poètes

 

Naaman Sluchin, violon, Lauréat du Prix International Pro Musicis 2012.

 Dana Ciocarlie, piano, Lauréate Pro Musicis 1995. 

Hommage au Père Merlet fondateur de Pro Musicis.

Jean-Sébastien Bach   Sonate en mi majeur pour violon et clavier obligé, 1er mouvement.

Ernest Chausson Poème Op. 25.

 Camille Saint-Saëns      Introduction et rondo-capriccioso Op. 28

Eugène Ysaye         Sonate N°4 dédiée à Fritz Kreisler Op. 27

 César Franck Sonate pour violon et piano dédiée à Eugène Ysaye

Né d’un père tromboniste à l’ensemble InterContemporain (EIC) et d’une mère altiste et  musico-thérapeute, Naaman Sluchin a bénéficié d’une éducatioPrix International 2012n placée sous le sceau de l’éclectisme.    A l’âge de huit ans, il entre au CNR de Boulogne-Billancourt dans la classe de Mme Le Dizès. Durant ces années d’études, il acquiert grâce à elle, de solides bases violonistiques et découvre la musique contemporaine. Il débute aussi l’étude du piano et obtient un 1er prix dans les deux disciplines ; puis en juin 2000, le 1er prix à l’unanimité avec Félicitations du Jury couronne quatre années d’études au CNSM de Paris au sein de la classe de B. Garlitsky. Désireux de s’ouvrir humainement et culturellement à d’autres influences, il part se perfectionner trois ans aux USA, à Bloomington chez M. Fried, ainsi que dans la Juilliard School dans la classe de D. Weilerstein où il obtient son Artist Diploma en juin 2003. Naaman Sluchin participe à de nombreuses master classes, lui donnant la chance de recevoir des conseils de grands maîtres, tels Z. Bron, S. Mintz, I. Perlman, et bien d’autres.      

Bénéficiaire des bourses Lavoisier, octroyée par le Ministère de la Culture, mais aussi Fulbright et de la fondation Florence Gould, il remporte en janvier 2003 le 1er prix du Concours International de violon d’Ouralsk au Kazakhstan, où il a enregistré son premier CD et réalisé une tournée de concerts. Ses autres récompenses incluent entre autres, le Prix Spécial du Jury au Concours International Szigeti de Budapest.

Ses expériences en concert reflètent son goût pour la diversité et la nouveauté : parallèlement à des récitals en tant que chambriste et soliste (collaborant avec des artistes tels A. Quéffelec, O. Charlier, R. Pidoux), aux Etats-Unis, en Europe et en Israël, il a travaillé entre autres avec l’EIC (sous la direction de P. Boulez et D. Robertson), avec le New Julliard Ensemble, qui promeut la création musicale américaine, et également participé à nombreux projets interdisciplinaires (par exemple: musique et danse au Alice Tully Hall de New York). 

A son retour des Etats-Unis, Naaman Sluchin a diversifié ses contacts et expériences auprès de nombreux partenaires musicaux, ce qui lui a permis de trouver maturité et identité musicale. Il est aujourd’hui un artiste accompli, grandement intégré et sollicité. Jonglant entre représentations solistes et chambristes, il a intégré le Quatuor DIOTIMA en juin 2005 et se produit au sein du Duo SLUCHIN  avec sa soeur harpiste, notamment pendant les festivals d’EMUNA.  Lauréat du Prix International Pro Musicis 2012,Naaman a récemment enregistré son premier DVD « L’Archer en Balade » , ainsi qu’un double CD, « Portées intemporelles » consacré aux Sonates et Partitas de J.S. Bach.

 

Formée aux sources de l’école roumaine de piano comme Dinu Lipatti, Clara Haskil et Radu Lupu, Dana Ciocarlie a également étudié à Paris auprès de Victoria Melki à l’Ecole Normale de Musique et a suivi le cycle de perfectionnement du Conservatoire National Supérieur de Musique dans les classes de Dominique Merlet et Georges Pludermacher. Douée d’un tempérament vif-argent où la générosité le dispute à l’engagement, Dana Ciocarlie possède un vaste répertoire, s’étendant de Jean-Sébastien Bach aux compositeurs d’aujourd’hui. Nombreux sont ceux qui lui ont dédié des œuvres tels Karol Beffa, Frédéric Verrières, Nicolas Bacri, Helena Winkelman, Laurent Mettraux et Dan Dediu, et elle est reconnue comme l’une des interprètes majeures de Horatiu Radulescu. Son expérience et son talent ont été récompensés par de nombreux prix lors de concours internationaux prestigieux : 2ème prix au Concours International Robert Schumann à Zwickau, Prix Spécial Sandor Vegh au Concours Geza Anda à Zurich, Prix International Pro Musicis, Young Concert Artist European Auditions à Leipzig, Concours Ferrucio Busoni en Italie.

Lauréate de plusieurs Fondations : Yvonne Lefébure, Nadia Boulanger, Gyorgy Cziffra, elle est aussi une interprète recherchée pour la musique de chambre. Parmi ses partenaires, on mentionnera les violonistes Gilles Apap, Radu Blidar, Nicolas Dautricourt, Laurent Korcia, Irina Muresanu, Jane Peters, Jean-Marc Phillips-Varjabédian, les altistes Gérard Caussé et Pierre Franck, les violoncellistes Alexander Kniazev, Sébastien van Kuijk et Raphaël Chrétien, les cornistes David Guerrier et Hervé Joulain, le Quintette à vent Le Concert Impromptu, le Quatuor Psophos. Ses multiples activités à travers le monde en récital ou en concert avec orchestre l’ont conduite aux Etats-Unis (Boston, New-York, Los Angeles), au Canada, à Hong-Kong, en Europe (Allemagne, Suisse, Espagne, Belgique, Luxembourg, Italie, Pays-Bas, Roumanie), en France : Cité de la Musique, Musée d’Orsay, Radio-France, Auditorium du Louvre, Théâtre du Châtelet, Salle Pleyel, Salle Gaveau, Invalides, MIDEM de Cannes, Opéra de Lyon, et dans différents festivals : Chopin à Bagatelle, Berlioz de la Côte Saint-André,  La Roque d’Anthéron et bien d’autres…

Ses deux enregistrements chez L’Empreinte Digitale de la dernière Sonate pour piano de Schubert et l’autre de la musique roumaine, Romania, lui ont valu des critiques élogieuses de la presse qui reconnaît en elle l’humilité des grands et n’hésite pas à la comparer par sa musicalité à Wilhelm Kempff et à Clara Haskil. Sur France Musique, où elle est régulièrement invitée, elle poursuit son cycle dédié aux œuvres de Robert Schumann dans l’émission L’atelier du musicien de Jean-Pierre Derrien qui l’invite depuis 2001.

Elle a enregistré de nombreux disques : Schubert (L’Empreinte digitale, 1997); « Romania », Constantinescu, Enescu, Bartok (L’Empreinte Digitale, 1999); « La langue maternelle », Bartok, Eötövos, Schubert (L’Empreinte digitale, 2005), Magnard et Lekeu avec Irina Muresanu (Ar Ré-Sé / Codaex, 2006); « Debussy en miroirs », Triton 2006; Dvorak dont son Quintette avec le Quatuor Psophos chez Ar Ré-Sé / Codaex, 2006, Mendelssohn, Intégrale de l’oeuvre pour violoncelle et piano avec Sébastien van Kuijk (Intrada / Codaex, 2008), « Bohémia » (Janacek, Suk, Martinu, Maratka) avec la violoniste Marianne Piketty (Integral / Classic 2010).

Dana Ciocarlie est Professeur à l’Ecole Normale de Musique de Paris Alfred Cortot. 


Association Pro Musicis - 72 quai Louis Blériot - 75016 Paris - France - tél. 01 40 50 72 39